Type d'enseignement : ordinaire & spécialisé

Tranche d'âge : 16-99 ans

Nombre de participants idéal : au moins 5 personnes

Activité à durée adaptable : oui

Localisation : Belgique

Tarif : Pas de participation financière demandée

Objectifs :

  • Comprendre les motivations des autres en dehors de tout jugement
  • Évaluer sa position (de volontaire) par rapport à celle des autres acteurs
  • Savoir défendre ses idées et argumenter
  • Savoir écouter et s’exprimer
  1. La contextualisation

L’animateur crée deux équipes aléatoires. Si le groupe n’est pas homogène, il peut faire en sorte que les participants les plus à l’aise à l’oral soient mélangés avec ceux qui le sont moins. Il explique ensuite le contexte suivant :

« Vous êtes un groupe de personnes qui se rendent au Sénégal. Vous allez participer à un projet de construction d’une école dans un village. Lorsque vous avez rencontré le chef du village et les habitants, vous avez constaté que certaines personnes voulaient de votre aide, et d’autres personnes n’en voulaient pas. Vous vous êtes donc réunis pour savoir quelle suite vous allez donner au projet. Ceux qui sont à ma gauche sont favorable à ce que le projet continue : ils sont convaincus qu’il faut convaincre ceux qui s’opposent à leur présence. Ceux qui sont à ma droite sont d’un avis contraire : ils sont convaincus qu’il faut tout simplement rentrer.

Il faut faire vite : vous avez peu de temps pour prendre une décision commune.»

  1. La concertation

L’objectif de la discussion est de trouver une réponse commune. Les équipes ont 5 minutes pour trouver et organiser leurs arguments.

3. Le Débat

Avant le début du débat, l’animateur rappellera que l’écoute de son « adversaire », le respect de la parole des autres, la réutilisation des arguments adverses et la parole homogène (que tous les participants parlent au moins une fois) est primordial pour remporter le débat. Bien sûr, les mots violents et un ton désagréable ne seront pas tolérés. Le débat doit durer 8 minutes maximum (modulable si c’est un groupe important).

L’animateur peut intervenir pour relancer le débat. Il note au fur et à mesure les arguments sur le paper board pour le debriefing

4. Le débriefing.

Lors du débriefing, les participants sont invités à partager :

  • Ce qu’ils ont ressenti
  • Comment ils ont vécu l’expérience
  • S’ils se sont senti écoutés
  • S’ils ont compris les autres

Dans le cas où ils auraient trouvé une décision commune, il est intéressant de les questionner sur la manière dont ils ont fait leur choix : qu’est-ce qu’ils ont accepté, à quoi ils ont renoncé.

 

Notions clés à aborder :

Comprendre une opinion, ce n’est pas nécessairement l’accepter.

Ne pas accepter une opinion, ce n’est pas une raison pour ne pas la respecter.

Il est primordial d’écouter les autres, mais aussi de se faire entendre. C’est ainsi que l’on est actif dans un projet de volontariat, mais aussi dans d’autres situations quotidiennes. En revanche, il n’est pas utile de se montrer agressif, particulièrement lorsque l’on est face à des personnes d’un avis différent.

Le point final étant de comprendre que chaque motivation est unique, mais les situations sont communes. Donc, toutes les motivations ne se ressemblent pas. C’est ce qui peut provoquer de l’incompréhension, de la distance ou même une réaction (verbalement ou physiquement) agressive. C’est pourquoi il faut toujours prendre du recul avant de prendre une décision.